La Fondation l’homme et le vin

 


Une poignée de vignerons professionnels de Chamoson se regroupe en 1987, la plupart ont terminé leurs études quelques années plus tôt et sentent rapidement le besoin de donner une impulsion au développement du commerce du vin.

L’association portera le nom futuriste de VITI 2000. Il y a 20 ans, les nécessités étaient différentes et le niveau technologique, soit à la cave soit à la vigne était plus près des années 60 que d’un vignoble moderne. Les travaux sur les dégustations et sur les études des terroirs occupent ces bénévoles passionnés par leur métier. Le vignoble de Chamoson fut  un précurseur en la matière. Une exposition villageoise annuelle est organisée, la collaboration avec les projets de développement durable de régio plus est mise sur pied. On ne peut que constater l’effet bénéfique de ces démarches. Cependant, le vieillissement des membres allié au manque de relève chronique rend la tâche de cette structure entièrement bénévole trop ardue. L’idée de s’ouvrir à tous les producteurs de raisins de Chamoson fait son chemin et parallèlement l’ouverture aux commerces de vin non établis sur le territoire fait également son chemin dans l’esprit du comité. En janvier 2004, la question de la continuité est posée, le président reste seul en lice et personne ne veut reprendre cette tâche, nous avons atteint les limites du bénévolat dans cette catégorie de société. L’assemblée extraordinaire de Viti 2000 de février 2004 prend conscience de la nécessité de professionnaliser la structure ou de liquider la société. Une société ne peut fonctionner que par son président. L’assemblée  nomme deux personnes Jean-Claude et Mike Favre pour étudier et développer un schéma plus adapté à l’évolution des paramètres de réflexions tout en conservant les acquis. Réflexion et intégration.

La viticulture valaisanne et en particulier chamosarde est unique au monde. Nulle part nous avons une surface de vigne si petite pour un si grand nombre de propriétaires. 22550 propriétaires pour 5200 hectares en Valais, 1120 propriétaires (dont 400 hors commune) pour les 428 hectares du vignoble de Chamoson. Il y a également plus de 9800 numéros de parcelles, complantées en 39 cépages. Ceci nous mène à croire que tout le monde connaît le vin, erreur fondamentale : les vignerons sont concernés par la vigne et non pas par le vin.
La mondialisation, l’évolution de la société, des modes de consommation,  les nouveaux moyens de communications, le développement des régions ainsi que la nouvelle politique fédérale au niveau des financements des projets spéciaux nous ont forcés à réfléchir sur la redéfinition de notre rôle dans la nouvelle économie.

La collaboration active de 4 ans avec les autres acteurs du développement global au sein de régio plus nous a ouvert une voie royale.  Il est évident pour tous  que la viticulture doit collaborer plus activement sur tous les plans avec les autres secteurs de l’économie. L’interdépendance s’est accrue massivement durant ces dernières années. A ce stade quitter une association fermée sur elle-même pour une Fondation aux buts multiples et ouverte à tous nous semblait le chemin tracé.

ESPRIT D’OUVERTURE
Dans le but d’aborder la concurrence étrangère avec une vision globale, et c’est une première dans l’histoire des vignobles suisses,  la Fondation s’est doté d’une présidence nord-américaine, M Réal Wolfe, citoyen du Québec, a accepté cette tâche de Président du Conseil de Fondation par amitié pour la région de Chamoson. Sa connaissance du marché mondial du vin ouvre de nouvelles perspectives. M Wolf est actuellement directeur de la première  plate-forme vin business to business basée à Montréal


La Fondation de l’homme et du vin
La Fondation de l’homme et le vin est crée à Chamoson officiellement par acte notarié .

Extraits de l’acte :ART.  II     BUT DE LA FONDATION
La Fondation a pour but de développer la culture du vin en diffusant auprès du public les dernières connaissances en la matière dans les domaines technique, scientifique, historique, artistique et hédoniste.
La Fondation veille à la conservation du site de Chamoson, à la préservation de la qualité de la vie ainsi qu’à la protection du périmètre viticole, en privilégiant le développement durable. 
Elle met également en place une stratégie de communication pour une reconnaissance nationale et internationale de la notoriété de l’aire d’appellation.
La Fondation a un caractère d’utilité publique et ne poursuit aucun but lucratif.
Les amis de la Fondation de L’homme et du vin
La commune de Chamoson représente le 10 % des vignes de la plus grande région viticole de suisse, nous pouvons penser qu’il est assez légitime qu’elle se dote d’une confrérie bachique. Cependant le terme de confrérie ne reflète peut-être pas tout l’esprit que les initiateurs veulent y inclure. Une confrérie est un élément très important pour la valorisation d’une  l’aire d’appellation dans le long terme, nous avons des produits de qualité, encore faut-il les faire connaître et apprécier. Nous manquons d’image, il est donc nécessaire de donner du lustre à cette magnifique région. 
Elle n’est pas destinée de prime abord aux professionnels du vin mais à se retrouver entre amateurs, au sens noble du terme, a tous ceux qui aiment la vie et le vin.
Il est important de transmettre à la jeune génération notre style de vie, l’utilisation idéale du bien boire et du bien manger. Le vin fait aujourd’hui partie intégrante de la culture. Défense et illustration du teroir de Chamoson, voilà un idéal !
L’esprit de la confrérie se doit d’être convivial et amical. Nous devons encourager le développement des relations entre les gens d’un même endroit ou liés par la même passion.  La confrérie est ouverte à tous, et doit devenir un vrai réseau d’amis, ils deviendront les vrais ambassadeurs de Chamoson.

Les renseignements complets sur http://www.chamoson.com/

Copyright © 2017 by René Favre & Fils. All Rights Reserved.